Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

RETOUR SUR LES MEETINGS-DEBATS DE PATRICIA POMPILIUS ET DE SA SUPPLEANTE GUYLAINE PIOCHE DANS LES COMMUNES DE LA 2EME CIRCONSCRIPTION

Dans le cadre de la campagne électorale des législatives, Patricia POMPILIUS et Guylaine PIOCHE ont proposé dans chaque commune de la 2ème circonscription un meeting-débat pour d'une part présenter le programme de la candidate Patricia POMPILIUS et d'autre part donner la parole aux citoyens pendant le meeting-débat.

L'objectif de cette démarche participative et citoyenne, c'est bien de donner aux citoyens la possibilité de s'exprimer et de poser leurs questions, durant le débat, sur le programme ou tout autre question les concernant.

 

Deux ou trois heures avant chaque meeting-débat, Patricia POMPILIUS, (avec l'aide de Steeve, puis d'Elin) à bord de son QG de campagne mobile, sillone le bourg et les sections pour annoncer le meeting-débat du soir.

Patricia POMPILIUS en profite également, à chaque arrêt pour distribuer son programme et échanger avec les citoyens.

 

Le 1er juin 2017, notre premier meeting-débat devait démarrer à Sainte-ANNE, mais pour des raisons purement techniques, il a été reporté le dernier jour de la campagne du 1er tour.

 

Le 2 juin 2017, le meeting-débat du Gosier a eu lieu sur l'esplanade, derrière la mairie. Ce jour là, il y avait le marché nocturne.

Nous avons profité pour y annoncer notre meeting-débat du soir et distribuer des programmes.

Après l'installation du matériel et de la sonorisation, le meeting-débat a démarré avec l'introduction de Guylaine PIOCHE, puis le discours de Patricia POMPILIUS pour la présentation de son programme, pour se terminer avec le débat avec les citoyens.

Un citoyen nous a demandé de rappeler brièvement le système de l'octroi de mer et une citoyenne souhaitai plus de précision sur le revenu universel d'activité.

 

Le 3 juin 2017, nous embarquèrent à bord du bateau Archipel, pour l'île de la Désirade (la Guadeloupe étant un archipel d'îles).

A notre arrivée à la Désirade, nous avons silloné une partie de l'île, en voiture pour annoncer notre meeting-débat du soir, à l'aide d'un méga-phone prêté par un citoyen de la Désirade.

Le meeting-débat a eu lieu sur la place de la cantine, pas loin du port.

Un citoyen nous a dit qu'il trouvait notre programme intéressant, mais qu'il ne voulait pas que la Désirade soit oubliée, une fois de plus. Patricia POMPILIUS l'a complètement rassuré sur ce point là.

Nous avons évoqué également, les conditions de voyage difficile, dans un bateau inadapté pour se rendre à la Désirade. Bien souvent les gens ont le mal de mer durant le trajet.

Nous avons quitté l'île de la Désirade, très tôt au petit matin pour rejoindre la Guadeloupe.

 

Le 4 juin 2017, nous étions à Port-Louis, sur la place de l'église, un citoyen nous a posé une question sur le revenu universel d'activité.

 

Le 5 juin 2017, nous étions à Gros Cap, à Petit-canal, un citoyen nous a également posé une question sur le revenu universel d'activité.

Le débat s'est transformé en une table ronde où un citoyen nous a interpellé sur le problème de la corruption qui est présent pas seulement dans la classe politique, mais également dans la société toute entière, puis il est revenu sur le manque de confiance que beaucoup de gens ont envers les politiques qui une fois élus, deviennent amnésiques et oublient leurs promesses.

Patricia POMPILIUS a précisé que les citoyens ont le pouvoir d'avoir un renouvellement et un vrai changement, grâce à leur vote. Et en n'allant pas voter, ils favoriseraient les mêmes politiques qui sont en place et qui n'ont pas donné satisfaction.

 

Le 6 juin 2017, notre meeting-débat a eu lieu sur la place de la mairie du Moule.

Une citoyenne nous a interpellé sur le problème de l'oisiveté et la violence chez les jeunes qui selon elle est un problème structurel en Guadeloupe.

Patricia POMPILIUS a évoqué sa proposition d'une expérimentation du revenu universel d'activité en réponse.

Nous avons eu ensuite une question d'un citoyen sur le problème du développement touristique. Patricia POMPILIUS a répondu que cela relevait du développement local et donc du Conseil régional et non pas des prérogatives du député.

Le député peut intervenir en proposant une loi qui favoriserait le développement touristique sur notre archipel.

Notre meeting-débat a été particulièrement dérangé par le déclenchement intempestif d'une alarme provenant d'une annexe de la mairie.

 

Le 7 juin 2017, notre meeting-débat s'est déroulé à Saint-François, sur le parvis couvert de la rotonde, situé dans le bourg.

Une citoyenne nous a interpellé sur le problème des petites retraites et de la vieillesse, un citoyen éducateur nous a interpellé sur le problème de l'illettrisme qui touche apparemment monsieur tout le monde.

Patricia POMPILIUS a une fois évoqué le système du revenu universel d'activité qui permettrait de résoudre ces problèmes.

Un citoyen chef d'entreprise a demandé si ce revenu universel d'activité n'inciterait pas plutôt les gens à ne pas travailler, compte tenu de son montant.

Patricia POMPILIUS précise que bien au contraire, ce revenu universel d'activité incite les gens à aller travailler puisqu'il est conditionné à une activité et ces derniers ont la possibilité de travailler plus pour gagner plus, en le cumulant avec un autre revenu.

 

Le 8 juin 2017, nous étions sur Anse-Bertrand pour notre meeting-débat qui a été le premier et le seul meeting-débat, où aucun citoyen n'a posé de questions.

 

Le 9 juin 2017, nous avons terminé notre campagne électorale, avec notre dernier meeting-débat qui s'est tenu sur la place Schoelcher à Sainte-Anne.

Un citoyen nous a posé une question sur l'île d'Aves appartenant à la zone économique exclusive (ZEE) de la Guadeloupe et qui a été cédée au Venezuela par la France, en 1980.

Patricia POMPILIUS précise que c'est un combat qui a été mené par Alain PLAISIR, président du CIPPA. Une fois élue, bien que ce point ne fait partie de son programme, elle peut néanmoins le porter à l'assemblée nationale, après concertation avec le CIPPA.

 

 

 

.

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags