Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Le problème de pollution de l'eau à Goyave est l'affaire de tous !

Le maire de Goyave, Ferdy LOUISY a organisé deux actions citoyennes sur sa commune, le samedi 29 juillet 2017, afin d'informer ses usagers et de sensibiliser l'opinion publique sur le problème de l'eau à Goyave :

 

- Action n°1 : une marche pour l'eau et contre les pollutions, dans le bourg de Goyave

- Action n°2 : une conférence-débat sur le problème de l'eau au hall des sports de Goyave

 

En effet, la commune de Goyave est confrontée depuis plusieurs semaines à un problème majeur de pollution de l'eau potable distribuée aux robinets des usagers qui ne peuvent pas la boire et l'utiliser pour leur alimentation ou pour se brosser les dents, mais peuvent l'utiliser pour se laver et pour tout autre usage.

 

Les autorités publiques et sanitaires, en attendant de trouver une solution à ce problème de pollution de l'eau à Goyave ont mis en oeuvre un plan d'action sur trois axes :

 

- Protéger la population , en mettant en place un périmètre de restriction de l'usage de l'eau et en distribuant des

  packs de bouteilles d'eau à la population avec le concours du SIAEAG (Syndicat Intercommunal d'Alimentation en

  Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe)

 

- Localiser la source de la pollution grâce à l'analyse de prélèvements par l'institut Pasteur

- Identifier la nature de la pollution grâce à l'analyse d'échantillons par deux laboratoires accrédités

 

Les résultats des analyses ont confirmé la présence d'hydrocarbures dans l'eau, plus précisément une pollution aux huiles de synthèse (huiles de moteur).

 

Patricia POMPILIUS, Présidente de CAP Citoyens a souhaité apporter son soutien à cette initiative citoyenne qu'elle salue, en participant à la conférence-débat qui a été organisée dans le cadre de deux tables rondes et d'un débat avec les participants.

La première table ronde était présidée par le maire, Mr Ferdy LOUISY, Président du Parc national de Guadeloupe et Vice-président de l'agence française de la biodiversité, avec la participation :

 

- du Parc national de Guadeloupe, en la personne de sa directrice-adjointe, Mme Mylène VALENTIN-MUSQUET

- de l'Office de l'eau en Guadeloupe, en la personne de son président délégué Mr Marcel SIGISCAR, Président du comité de bassin qui est un vrai parlement local de l'eau, Vice- Président du Conseil Départemental de Guadeloupe et adjoint au Maire de Pointe-à-Pitre

- de la DEAL Guadeloupe (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), en la personne de son directeur-adjoint, Mr Nicolas ROUGIER

 

Le thème de cette première table ronde était le suivant : « Comment mieux protéger cette ressource naturelle ?»

 

Mme VALENTIN-MUSQUET a présenté les missions et le rôle du Parc national et a insisté sur l'importance de préserver et protéger notre biodiversité, un patrimoine naturelle ô combien important pour la survie de notre écosystème.

Mais ces ressources et richesses naturelles sont fragilisées, voire menacées par le comportement irresponsable de l'homme et de ses activités.

 

Mr Marcel SIGISCAR a présenté le rôle et les missions de l'Office de l'eau et a précisé que les EPCI (les intercommunalités) n'ont pas les moyens de prendre en charge financièrement le renouvellement du réseau d'eau potable.

Mr SIGISCAR précise donc que c'est l'office de l'eau et ses partenaires le Conseil régional, le Conseil départemental et l'Europe qui prendront en charge le financement du renouvellement des canalisations vétustes du réseau d'eau potable.

Il précise que le programme de renouvellement des canalisations a déjà commencé dans certaines communes.

Ces canalisations sont le plus souvent amiantées, d'où l'urgence de les remplacer afin non seulement d'arrêter les pertes d'eau importantes sur le réseau (estimées à 64 %), mais aussi de garantir une eau de qualité sans risques sanitaires pour les usagers.

 

Mr Nicolas ROUGIER rappelle que l'eau du réseau en Guadeloupe provient soit de captages dans les nappes phréatiques soit de prélèvements dans les rivières.

Concernant la commune de Goyave, l'eau vient de prélèvements dans la grande rivière de Capesterre Belle Eau.

L'origine de la pollution de l'eau de Goyave est probablement due au rejet sauvage et incivil d'huiles de moteur usées dans la rivière.

 

Mr Ferdy LOUISY remercie les invités de la première table ronde, invite Mr Nicolas ROUGIER de la DEAL à rester pour la deuxième table ronde et accueille les autres invités de la deuxième table ronde :

 

- l'ARS (Agence Régionale de Santé), en la personne de son chef de service de Santé- Environnement, Mr Didier

  ROUX

- le Comité de défense des usagers de l'eau, en la personne de son Président, Mr Germain PARAN

- l'association des usagers des eaux de Guadeloupe, en la personne de sa Présidente, Mme Flavie DANOIS qui est

  également Vice-présidente de l'association Baillif Environnement

 

Mr Ferdy LOUISY souligne l'absence remarquée du SIAEAG qui a pourtant été invité en tant que responsable de la gestion de l'eau à Goyave qui est l'une de ses communes adhérentes.

 

Le thème de cette deuxième table ronde était le suivant : «Crise de l'eau à Goyave : comment chacun peut apporter sa contribution ? »

 

Mr Didier ROUX précise que chaque citoyen peut apporter sa contribution pour préserver cette ressource en eau, en adoptant notamment de simples gestes citoyens respectueux de l'environnement ou encore l'auto-contrôle qui permet une autosurveillance citoyenne de notre environnement.

 

Il confirme toutefois que nous ne sommes pas en présence d'une crise sanitaire à Goyave.

 

Mme Flavie DANOIS évoque le problème des responsabilités qui se pose également car ces actes incivils ne peuvent pas rester impunis, d'autant plus grave que la ressource en eau est extrêmement fragile et risque de devenir rare.

 

Mr Nicolas ROUGIER informe que les analyses en cours, organisées par le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) ont pour objectif également de vérifier si la pollution a atteint les nappes phréatiques et si oui, à quel degré.

 

Mr Germain PARAN est venu apporter son soutien au maire de Goyave et à sa population.

Face à la détresse des usagers de Goyave il fallait réagir, il rappelle que l'eau de Goyave a été polluée à deux reprises dans le passé et aujourd'hui elle l'est une fois de trop.

 

Il pointe particulièrement la défaillance de la police nationale puisqu'il y a un réel problème de sécurité et de surveillance des lieux de captage de la ressource en eau.

Mr PARAN pose clairement le problème de la responsabilité de l'Etat français qui a vendu en outre des canalisations amiantées au Conseil Général de Guadeloupe de l'époque pour la mise en œuvre de son réseau d'eau potable.

 

Mr FERDY LOUISY, donne ensuite la parole à la salle, où les participants sont nombreux à vouloir s'exprimer.

 

Un participant ne comprend pas cette suspicion envers la population de Goyave de la part des services de l'Etat, car elle est la première victime de cette pollution de l'eau.

 

Une participante exaspérée dit haut et fort que l'on ne doit plus accepter l'inacceptable.

Nous payons des factures élevées, alors que la prestation n'y est pas : il n'y a pas d'eau dans les robinets et les rares fois où elle est présente, elle n'est pas de bonne qualité.

 

Une participante interpelle les autorités publiques sur les problèmes de sécurité sanitaire des ressources en eau mises à la disposition de la population, notamment les citernes d'eau :

 

- les citernes ne sont pas vidées et nettoyées, avant chaque remplissage

- l'information « eau non potable » apposée sur les citernes n'est pas forcément accessible aux personnes aveugles

  ou illettrées

 

Un participant déplore le peu de monde à cette conférence-débat, pourtant le problème de l'eau concerne toute la Guadeloupe.

 

Un participant évoque carrément un plan Marshall pour l'eau car les moyens financiers font cruellement défaut.

 

Patricia POMPLIUS intervient pour faire plusieurs remarques :

 

- Interrogation sur l'efficacité des stations d'épuration : faut-il envisager d'autres systèmes d'épuration intégrant

  notamment du charbon actif ? Ou encore envisager des solutions plus naturelles par le biais de plantes herbacées

  (bambou...)

- l'importance de la sensibilisation et de l'éducation de la population à l'environnement, notamment par la mise en 

  place des filières de traitement des déchets (tri sélectif au niveau de chaque foyer, plus efficace pour

  responsabiliser   chaque citoyen que les box de tri collectifs installés partout dans les communes)

- le défaut d'application du principe « pollueur-payeur » prévu pourtant par l'article 4 de la charte de l'environnement, 

  annexée à la Constitution française.

Des solutions répressives doivent aussi être envisagées face à des comportements incivils et irresponsables, ayant un impact négatif sur notre écosystème et donc sur l'homme qui en fait partie intégrante.

 

Dans son discours de clôture, le Maire, Mr Ferdy LOUISY souhaite préciser que la population paye indirectement les bouteilles d'eau distribuées par le SIAEAG, de par l'adhésion de la commune de Goyave à ce syndicat.

Il précise néanmoins que la distribution d'eau en bouteille (plastique) doit rester une solution provisoire car elle n'est pas écologique.

Face à la situation de détresse de la population qui subit cette situation de pollution au quotidien, dans des conditions particulièrement difficiles, il pense notamment aux personnes en situation d'handicap ou d'illettrisme, certaines mesures exceptionnelles doivent être envisagées, notamment :

 

- l'exonération des usagers de Goyave de payer leurs factures d'eau, dans la mesure où ils ne peuvent pas payer une eau qui est impropre à la consommation et déconseille sa population à utiliser cette eau polluée pour se laver (même si les autorités sanitaires et publiques disent le contraire), compte tenu des risques sanitaires avérés (cas de

démangeaison déclarés...)

 

Il informe ses administrés qu'ils peuvent être assurés de sa détermination à mobiliser tous les moyens qu'il a en sa possession pour solutionner ce problème d'eau.

Il termine en précisant que la question de l'eau n'est pas un problème de parti, de gauche ou de droite, car elle dépasse largement les frontières de Goyave.

 

A l'heure où nous publions cet article, nous apprenons que le problème de pollution de l'eau à Goyave serait solutionné, le préfet a annoncé que l'eau du robinet à Goyave est redevenu potable, suite à une ultime réunion avec le maire de Goyave, le président du SIAEAG et le préfet.

Le maire de Goyave précise néanmoins qu'il attend les résultats de l'expertise indépendante qu'il a obtenue par voie judiciaire, toujours dans un esprit de transparence vis-à-vis de sa population et afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

 

CAP Citoyens soutient le maire de Goyave dans sa démarche et rappelle l'importance de l'eau pour la survie de l'humanité qui risque de devenir une ressource rare et donc un enjeu mondial si nous ne la préservons pas dès aujourd'hui par des comportements éco-citoyens.

 

 

 

 

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags