Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Traite négrière et Esclavage : l'histoire recommence ou continue ?

Depuis quelques jours le Monde semble découvrir, à travers les réseaux sociaux et les médias, la traite négrière et l'esclavage pratiqués sur le continent africain, après la diffusion d'une vidéo de la chaine télévisée américaine CNN, sur une vente d'esclaves migrants en Lybie.

Beaucoup de gens s'indignent et condamnent fermement cette pratique d'un autre âge, d'autres s'offusquent et ne comprennent pas le manque de réaction des dirigeants africains.

 

Mais, n'est-ce pas là une vraie hypocrisie et/ou amnésie ? Car tout le monde est au courant de l'esclavage moderne qui sévit toujours en Afrique et dans d'autres pays, nous avons interpellé dernièrement l'opinion publique sur le traitement inhumain des africains en Algérie. Nous n'évoquerons même pas l'esclavage qui perdure encore en Mauritanie. Ou encore que penser de l'esclavage des enfants qui sont exploités pour que d'autres pays du monde puissent consommer et bénéficier de produits manufacturés ?

 

Concernant la question de l'esclavage et la traite négrière, nombre de personnes ne comprennent toujours pas que l'on revienne sur des faits qui se sont produits il y a plusieurs siècles, mais l'actualité nous rattrape et nous montre qu'il devient urgent et nécessaire d'en parler, car cette question n'est toujours pas réglée et fait encore des ravages (morts, souffrances et violation des droits de l'homme en toute impunité).

D'une part, parce qu'en dépit du fait que les chaînes aient été brisées, elles perdurent encore dans les esprits et les mentalités, tant le préjudice moral et matériel et profond et ont laissé des séquelles indélébiles chez les afrodescendants qui se perpétuent de génération en génération (racisme, discriminations, complexe d'infériorité, stéréotypes et préjugés envers les noirs, crise de personnalité, familles monoparentales, blanchiment de la peau ou défrisage des cheveux crépus...).

D'autre part, parce que l'esclavage perdure encore et le plus souvent sur le continent africain, mais sous une forme beaucoup plus moderne.

 

Un rappel historique est donc nécessaire pour comprendre réellement ce qu'il y a derrière cette pratique indigne qui constitue un vrai crime contre l'humanité et qui s'opère dans une indifférence totale et honteuse. Et pourtant, ce problème concerne l'humanité dans son essence même.

 

De quoi s'agit-il ? Cela concerne les différentes traites négrières qui ont eu lieu dans l'histoire de l'humanité, dont la traite arabo-musulmane et la traite négrière par les juifs qui ont elles été complètement occultées.

En effet, la traite négrière n'a pas concerné uniquement l'occident, à travers la traite négrière transatlantique, pendant près de quatre siècles, mais a concerné également le monde arabe pendant près de quatorze siècles et les juifs qui ont toujours pratiqué le commerce d'esclaves et ceci depuis l'époque romaine antique, ils ont notamment joué un rôle non négligeable dans la traite négrière transatlantique.

 

De ce fait et par l'ampleur de ces traites négrières, nous pouvons légitimement dire qu'elles constituent aussi un vrai génocide ayant contribué à exterminer plusieurs millions d'Africains durant des siècles.

 

A partir du VIIème siècle, les arabes ont entrepris des razzias massives dans toute l'Afrique subsaharienne et ceci jusqu'à l'océan indien. La traite négrière a commencé lorsque l'émir et général arabe Abdallah Ben Saïd a imposé aux soudanais un traité de non agression "baqt", en 652 les obligeant à leur livrer annuellement des esclaves. Ce fut le point de départ d'un énorme génocide de millions d'hommes déportés et castrés pour la plupart.

Cette traite arabo-musulmane était censée s'arrêter officiellement au début du XXème siècle, or aujourd'hui nous voyons bien que ce n'est toujours pas le cas.

 

Dans la traite négrière transatlantique, la majorité des esclaves travaillaient dans les plantations (canne à sucre, coton...), deux esclaves sur trois étaient des hommes, ils étaient systématiquement convertis au christianisme.

Tandis que dans la traite arabo-musulmane, la majorité des esclaves était destinée à l'exploitation sexuelle dans les harems ou à servir dans l'armée, ce qui  explique que deux esclaves sur trois étaient des femmes. De plus, les esclaves étaient convertis à l'islam et très peu de descendants d'africains réduits en esclavage ont survécu, ce qui n'a pas été le cas des afro-descendants de la traite négrière transatlantique qui sont encore présents aux Etats-Unis, au Brésil et dans les Caraïbes.

 

Nous pouvons nous demander qu'est-ce qui a pu bien justifier un tel crime envers les africains qui sont systématiquement méprisés, rejetés et discriminés d'où qu'ils viennent en étant maintenu volontairement dans la pauvreté, l'ignorance de leur histoire et l'oppression. Mais d'où vient ce racisme anti-noir ?

La raison est principalement religieuse, hormis l'autre raison purement économique expliquant un commerce extrêmement lucratif.

 

En effet, cela viendrait d'une soi-disant malédiction de Cham, mentionnée dans la Bible (Genèse ch.9, v.20-27) : Cham, père de Canaan et l'un des trois fils (avec Sem et Japhet) de Noé, aurait vu la nudité de son père qui était ivre. Noé l'aurait découvert et aurait maudit la descendance de Cham, en disant : "Maudit, soit Canaan, qu'il soit l'esclave des esclaves de ses frères".

Ce qui peut laisser assez perplexe, d'autant plus que la Bible ne précise pas explicitement quel est parmi les trois fils de Noé, celui qui est l'ancêtre des noirs, des blancs ou  encore des sémites (juifs et arabes), sachant qu'ils sont tous africains.

 

Ainsi le racisme anti-noir prend sa source dans les croyances religieuses des religions dites révélées (christianisme, islam, judaïsme) qui ont décrété de part cette prétendue malédiction que les noirs étaient mauvais. De ce fait, leur culture, leur spiritualité ou leurs coutumes furent diabolisées et assimilées au mal. Le noir est donc considéré comme non humain et réduit au rang d'un bien meuble (selon l'article 44 du code noir).

Le pire, c'est que les africains et afro-descendants adeptes de ces religions ou d'autres formes d"évangélisation ont intériorisé consciemment ou inconsciemment que tout ce que fait un noir ou tout ce qui le concerne est mauvais ou négatif, d'où les problèmes de division, mais aussi de confiance en soi et d'estime de soi.

 

En outre, certains historiens financés par les gouvernements européens au début du XXIème siècle se sont attachés à minimiser le rôle de l'Europe dans la traite négrière transatlantique organisée à partir du XVème siècle par l'Europe, à son profit et au détriment de l'Afrique.

Et ceci, en évoquant une "traite africaine", qui mettrait en avant, la vente d'africains par des africains.

Il est absurde, voire malhonnête de faire endosser aux africains victimes de l'esclavage, la responsabilité d'un crime organisé depuis l'extérieur, sous prétexte que quelques collaborateurs africains auraient participé à ce crime.

C'est comme si l'on disait que les juifs sont responsables de la Shoah, sous prétexte que certains juifs ont collaboré.

Tout ceci n'ayant que pour but de minimiser la responsabilité de l'Europe, afin d'éviter toute revendication, en matière de réparation.

 

Bien au contraire, il y a eu énormément de résistance, notamment de la plupart des rois africains qui se sont battus pour empêcher que leur peuple ne soit mis en esclavage.

Mais c'était sans compter avec la perfidie des occidentaux qui ont entrepris une vraie campagne de déstabilisation du continent africain, en provoquant des guerres tribales, afin d'affaiblir et de destituer certains rois africains pour les remplacer par des collaborateurs placés à leur botte.

 

Cette pratique de déstabilisation continue encore aujourd'hui, notamment avec le système de la  "françafrique" où à la tête des gouvernements africains de l'Afrique francophone, sont mis en place des hommes de paille ou sont provoqués des coups d'Etat, afin de destituer des chefs d'Etat africains devenus trop gênants.

 

Nous tenons à préciser qu'il ne s'agit ici en aucun cas, de raviver les rancunes, la haine, la xénophobie ou encore l'antisémitisme et cela ne doit évidemment pas inciter à la violence, ni à la division entre les humains.

Nous rappelons que CAP Citoyens par son action souhaite élever les consciences, pour que chaque citoyen œuvre à un monde meilleur et pour que les mentalités changent.

 

La solution que nous préconisons pour sortir de ce cycle infernal et se libérer des chaînes mentales est la solution des 5 "R", proposée par Antoinette LAPTES, Maud ALET et Patricia POMPILIUS, dans leur livre "Contribution au projet guadeloupéen de société", CASAD, aux éditions JASOR, à savoir :

 

1°) R1 pour Reconnaissance (faire reconnaître ce crime contre l'humanité par l'Europe, mais également

                                                   par les arabes et les juifs)

 

2°) R2 pour Remémoration (faire notre devoir de mémoire en hommage à tous nos ancêtres morts sous le

                                                joug de l'esclavage)

 

3°) R3 pour Réhabilitation (faire réhabiliter le génie de l'homme et de la femme noirs et leur contribution aux

                                              civilisations humaines)

 

4°) R4 pour Réparation (faire réparer ce crime pour la reconstruction de notre être en tant qu'humain, pour

                                         la reconstruction de notre filiation avec nos ancêtres et l'Afrique, mais aussi pour la

                                         reconstruction économique et sociale de nos régions et pays)

 

5°) R5 pour Réconciliation (se réconcilier avec nos frères et sœurs humains, dans le pardon, le

                                               partage, la fraternité, la solidarité et par les échanges)

 

Afin de compléter cette solution des 5 "R", nous rajouterons deux "R" supplémentaires, il s'agit de :

 

6°) R6 pour Réappropriation (se réapproprier notre culture, notre spiritualité originelle, nos sciences, nos

                                                  coutumes et traditions, mais également nos biens sur tous les plans)

 

7°) R7 pour Renaissance (se concrétiser, dernière étape pour retrouver pleinement notre place dans

                                             l'humanité, sur tous les plans avec respect et considération)

 

 

Cette démarche de reconstruction n'impose nullement la repentance, elle n'est pas non plus effectuée dans un esprit de rancœur, mais de PARDON ET D'AMOUR FRATERNEL, mais elle est nécessaire pour le bien-être et l'avenir de l'humanité.

 

 

Pour aller plus loin, nous vous recommandons les ouvrages suivants :

 

- La traite négrière : Vérité et mensonges, Jean-Philippe OMOTUNDE, Editions Ménaibuc

- Le génocide voilé, Tidiane N'diaye, Editions Gallimard

- A history of the jews from the babylonian exile to the world war II, Salomon GRAYZEL

- New world jewery - 1492-1825, Seymour B. LIEBMAN

- Inquisition, juifs et nouveaux chrétiens au Brésil, Bruno FEITLER (tomes I et II)

- Histoire générale des Antilles, révérend père DUTERTRE (tome I)

- Contribution au projet guadeloupéen de société, CASAD, Antoinette LAPTES, Maud ALET et Patricia

  POMPILIUS, Editions JASOR

 

 

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags