Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

L'heure est venue d'agir en mode "Résistance" !

Le 27 décembre 2017, l'association Yon A Lot a organisé une soirée culturelle intitulée "Black GREATNESS & RESISTANCE", à la salle Rémy Nainsouta à Pointe-à-Pitre. Elle œuvre dans l'enseignement de l'anglais et les échanges culturels.

Patricia POMPILIUS a participé à cet évènement qui a mobilisé énormément de monde.

Cet évènement s'est tenu à la fois en Français et en anglais, le Président de l'association "Yon A Lot", Yannick ANDRE et maître de cérémonie (Master of ceremony), s'est exprimé essentiellement en anglais.

 

Deux intervenants ont animé plusieurs thématiques il s'agissait de :

 

- Safia Enjoylife, une jeune militante guyanaise engagée dans la cause des peuples noirs, elle est également

  chercheuse autodidacte spécialisée dans l'histoire de l'Afrique noire et des afrodescendants. Elle a animé

  deux conférences, l'une sur la Résistance, en français et l'autre sur les grandeurs noires, en anglais

Et 

- Jean-Philippe OMOTUNDE, enseignant-chercheur dans les humanités classiques africaines. Il a développé

  un court sujet intitulé : "Culture africaine, Science, Energie et Cheveux crépus"

 

Entre les deux grandes conférences, nous avons pu apprécier un défilé de modèles de coiffure, organisé par Mysca coiffure, dirigée par Mysca, coiffeuse professionnelle spécialisée dans la coiffure afro, installée à Toulouse.

 

Safia Enjoylife a démarré la première conférence sur la Résistance, en présentant dans un premier temps plusieurs africains et afrodescendants qui ont résisté, dans l'histoire à travers leur lutte contre différente forme d'oppression et dans un deuxième temps les différents types de résistance.

 

Elle précise que la résistance des africains a commencé lorsque les occidentaux avides d'encore plus de richesse ont envahi l'Afrique, massacré et asservi les africains.

 

Quelques exemples historiques :

 

- L'empereur Samory TOURE (1830-1900) qui régnait sur l'empire Wassoulou a résisté à la colonisation

  française en Afrique de l'Ouest pendant 15 ans.

- Le roi BEHANZIN (1845-1906) a été le dernier souverain du royaume du Dahomey (Bénin) indépendant. Il

  a résisté en 1890 contre l'invasion des troupes françaises. Son armée avait la particularité d'avoir en son

  sein 6 000 femmes, par ailleurs, il n'a jamais signé aucun traité.

  Après sa défaite, en 1894, il resta insoumis jusqu'à sa mort.

- Aline Sitoé DIATTA (1920-1944) a résisté contre le système colonial en Casamance au Sénégal, elle s'est

  battue pour la reprise de la culture du riz qui avait été remplacée par celle de l'arachide. Durant la seconde

  guerre mondiale elle s'était opposée à l'enrôlement des sénégalais dans les troupes françaises.

  Avant sa mort, elle fut capturer, puis torturer par les français.

- Queen Nanny (1686-1733), figure de la résistance des marrons en Jamaïque, issue du peuple Ashanti elle

  s'enfuit avec quelques confrères dans la forêt pour y construire un village de marrons dont elle est devenue

  le chef grâce à ses compétences militaires. Elle a développé notamment une technique de camouflage

  dans la végétation, à base de boue, de branche et de liane qui était utilisée pour les sentinelles, afin de

  prévenir du danger ou pour riposter par surprise contre les soldats anglais.

  Elle a libéré plus de 900 captifs et a résisté pendant 30 ans face à l'armée coloniale anglaise.

- Gaspar YANGA (1545- ?), issu du royaume Yoruba, en tant que membre d'une famille royale, il a résisté à

  travers le système du marronnage au Mexique face aux colons espagnols et a libéré plusieurs fugitifs.

  Un village porte son nom, au Mexique où il est reconnu et honoré.

- Duty BOOKMAN (?-1791), esclave de l'habitation Turpin à Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti) a mené une

  insurrection d'esclaves dans la nuit du 22 août 1791 qui durera une dizaine de jours, il périt à la tête d'une

  troupe de 200 esclaves. Cette révolte a ouvert la voie, à Toussaint LOUVERTURE (1743-1803), à Jean-

  Jacques DESSALINES (1758-1806) et à la révolution haïtienne (contre le rétablissement de l'esclavage

  par Napoléon BONAPARTE (1769-1821), en 1802) qui aboutira à l'indépendance le 1er janvier 1804. Haïti 

  a arraché sa liberté au prix fort à la France et créa la première république noire, dont la Constitution prévoit 

  l'égalité de tous les hommes quelle que soit la couleur de peau.

- Louis DELGRES (1766-1 02),  Joseph IGNACE (1769-1802) et la mulâtresse SOLITUDE (1772-1802),

  ont résisté en Guadeloupe au rétablissement de l'esclavage par Napoléon BONAPARTE en 1802. Solitude

  enceinte, à la tête d'une troupe de marrons se rallie à l'appel de Louis DELGRES et combat à ses côtés

  pour la liberté. Le 25 mai IGNACE et ses troupes sont vaincus à Baimbridge, le 28 mai, DELGRES préfère

  se donner la mort à Matouba avec 300 de ses compagnons plutôt que de se rendre en criant "vivre libre ou

  mourir", le 29 novembre, SOLITUDE est exécutée par pendaison, le lendemain de son accouchement.

  La Guadeloupe a eu la particularité d'avoir connu deux abolitions de l'esclavage, en 1794 puis

  en 1848.

 

  Etc...

 

Safia Enjoylife déplore que le Mémorial Act qui est pourtant le centre caraïbéen d'expressions et de mémoire de la traite et de l'esclavage ne joue pas son véritable rôle de devoir de mémoire, notamment pour tous ces héros de la résistance coloniale qui ne sont même pas honorés dans ce Monument.

Elle poursuit en précisant que la résistance des esclaves a revêtu plusieurs formes : sabotage, marronnage, révolte.

Au cours de l'histoire, l'oppression  a évolué et a pris d'autres formes : racisme, discrimination, médiocrité des services publics et des biens de consommation, difficulté pour accéder à la propriété, à des postes à responsabilité, aux grandes écoles, aux marchés publics, aux crédits bancaires ou pour entreprendre, différence de traitement à tous les niveaux, inégalités, déni de justice et de démocratie, ségrégation, vie chère...

 

La résistance a pris elle aussi de nouvelles formes, à savoir :

 

1°) La Résistance économique

  

      Pour illustrer cette forme de résistance, Safia Enjoylife donne l'exemple de "Black Wall Street", qui était 

      le quartier de Greenwood de la ville de Tulsa, en Oklahoma aux Etats-Unis.

      En 1 910, les afro-américains qui subissaient de plein fouet la ségrégation et les discriminations

      décidèrent de se mettre ensemble pour s'entraider et mutualiser leurs moyens pour le développement de

      leur quartier, très vite des commerces et des entreprises ont vu le jour et un vrai système économique

      prospère s'est développé. Ce qui a permis d'améliorer de façon significative les conditions de vie des

      afro-descendants, à telle point qu'une classe noire riche a même émergé. De nombreux

      afro-américains étaient devenus propriétaires fonciers ce qui était rare pour l'époque.

      Mais ce tableau florissant a commencé à susciter la convoitise et la jalousie des blancs de Tulsa et en

      1 921, sous prétexte qu'un homme noir aurait violé une femme blanche, une bande de blancs enragée 

      prit les armes et se dirigea vers Black Wall Street.

      Un vrai massacre a eu lieu, l'expédition punitive blanche commandité par le Ku Klux Klan a pillé et brulé

      les maisons et les commerces, tué hommes et femmes noirs. Cela s'est terminé par un bilan très lourd,

      3 000 victimes et la quasi-totalité des habitants du quartier se retrouvèrent sans abri.

 

2°) La Résistance politique

 

      - Kenneth KAUNDA est un jeune politicien qui se dressa contre le régime de l'apartheid et créa un

        mouvement politique indépendantiste (l'UNIP) pour combattre ce système raciste et colonial.

        Après plusieurs luttes, il arrive à obtenir l'autonomie de la Rhodésie du nord (actuelle Zambie), dont il

        devient le premier président de la République de 1 964 à 1 991.

        Au pouvoir, il a construit des hôpitaux et des écoles, rendu gratuits les frais d'instruction et de santé et a

        nationalisé l'agriculture.

     - le mouvement politique indépendantiste, UPC  a lutté pour réclamer l'indépendance du Cameroun.

       Ruben Um Nyobé, chef du parti ainsi que Félix Mumié, Osendé Afana et Ernest Ouandjié membres de

       l'UPC ont tous été assassinés par l'Etat français.

       Le Général De Gaulle a ordonné le massacre d'un million de camerounais, notamment dans des

       camps de concentration. Oui, il existait des camps de concentration en Afrique !

       Voir le livre présentant les exactions du Général De Gaulle : "Foccart parle - Entretiens avec Philippe

       Gaillard", de Philippe Gaillard - Tome 1 et 2.

     

3°) La Résistance culturelle

 

      La résistance culturelle est symbolisée notamment par la langue créole, le tambour (Ka), le vaudou

      (spiritualité de l'ancien royaume de Dahomey), le reggae, le dancehall, le rap...

 

     - Cicely TYSON, actrice militante afro-américaine qui affichait fièrement sa chevelure crépue à l'écran, à

     ses débuts, notamment avec sa coupe afro dans la série "Racines", où elle jouait le rôle de la mère de

     Kunta Kunté. C'est elle qui a impulsé les cheveux naturels crépus.

     - Zulaikha PATEL jeune sud-africaine de 13 ans est exclue de son collège à cause de sa coupe afro, en

     2016, grâce à une pétition qui a mobilisé près de 25 000 signatures à sa cause, elle a pu obtenir sa

     réintégration et la suppression de l'article interdisant les cheveux naturels crépus dans le règlement

     intérieur de son collège.

     D'autres personnalités étaient également engagés comme, Bob MARLEY (chanteur de reggae jamaïcain),

     Aimé CESAIRE (écrivain et politicien martiniquais), Vélo (Maitre Ka guadeloupéen), Léon-Gontran

     DAMAS (poète guyanais)...  

 

Autre résistance moderne :

 

- Kémi SEBA qui milite à travers son ONG "Urgences panafricanistes" contre le franc CFA et toutes formes

  de dominations coloniales.

 

A l'issue de la présentation, la parole a été donnée aux participants dans la salle, Patricia POMPILIUS est intervenue pour saluer cette excellente initiative et a précisé qu'elle était engagée politiquement, à travers CAP Citoyens, un nouveau parti citoyen, écologique et humaniste pour les Outre-Mer qui s'inscrit dans la résistance politique, à travers ses combats pour l'amélioration des conditions de vie en Outre-Mer et pour l'autonomie de nos régions.   

 

Safia Enjoylife clôture cette première conférence en nous exhortons à résister avec détermination par le travail  et par tout autre moyen, comme le boycott.

Elle poursuit en disant que nous devons nous organiser sur le plan économique, en favorisant la mutualisation et la coopération financières, mais aussi l'optimisation du patrimoine scientifique, culturel et spirituel que nous ont laissé nos ancêtres, afin de favoriser l'intérêt général de notre communauté (avec une priorité aux entreprises de notre communauté).

 

Vient ensuite le tour de Jean-Philippe OMOTUNDE qui nous a exposé brièvement son sujet "Culture africaine, Science, Energie et Cheveux crépus".

Il a commencé par dire : "Apprendre l'histoire des autres c'est bien, mais  ignorer la sienne, c'est nul !"

Il rappelle que les premiers chinois et les premiers caucasiens européens étaient noirs (pas étonnant, puisque le berceau de l'humanité est en Afrique, c'est ainsi que la première française, Venus of Brassempouy était noire).

 

Il poursuit en disant que tout est énergie. L'énergie est matérialisée par la forme spirale, c'est sous cette forme quelle est à son niveau maximum.

 

La culture africaine est basée sur la production et la régulation de l'énergie, par exemple le cheveu crépu a une forme spirale qui lui permet de capter l'énergie, de façon optimale, c'est la raison pour laquelle, il ne faut pas le défriser, il faut garder ses cheveux naturellement crépus.

 

La Nature nous procure de nombreux alicaments (fruits et légumes chargés en énergie vitale), nécessaires au maintien d'une bonne santé, d'où l'importance de préserver notre biodiversité de toute forme de pollution.

 

La science africaine utilise également l'énergie combinée des 4 éléments.

 

Bien entendu, ce sujet ne peut être développé en une heure, Jean-Philippe OMOTUNDE invite alors, les participants intéressés à s'inscrire aux cours sur les humanités africaines classiques qu'il enseigne en Guadeloupe, mais aussi en Martinique.

 

Après l'intervention de Jean-Philippe OMOTUNDE, place au défilé de modèles de coiffure sur cheveux naturels crépus, dont un modèle de coiffure masculine, proposé par Mysca coiffure.

 

Après le défilé, Safia Enjoylife a présenté la deuxième conférence sur les GRANDEURS noires, "Black GREATNESS".

 

Elle démarre son intervention en anglais, en précisant que les africains et les afro-descendants doivent être fiers d'eux-mêmes, car contrairement à ce qui est montré par les médias occidentaux, l'Afrique dispose ou est à l'origine de GRANDES choses.

 

Quelques exemples : Le saviez-vous ?

 

- l'Afrique est immense par sa taille et sa représentation sur les planisphères ne correspond pas à sa

  grandeur réelle, car elle peut contenir au moins, la majeure partie de l'Europe, les Etats-Unis, la Chine,

  l'Inde et le Japon

- il existe des stations de ski où l'on peut skier en Afrique, plus précisément en Afrique du sud (Afri-ski et

  Tiffindell)

- la plus grande muraille était en Afrique, "the great wall of Benin" et mesurait 9 800 miles/16 000 km, elle

  était quatre fois plus grande que la grande muraille de Chine.

  Malheureusement  "the great wall of Benin" a été détruit en 1 897 par les britanniques

- l'Afrique a eu de grands empires et royaumes, comme l'empire Loango, le royaume Yoruba, l'empire du

  Mali, le royaume Zoulou...)

- l'Afrique a eu également des châteaux et forteresses, par exemple le château Fasil Gebbhi, en Ethiopie

- la plupart des pyramides sont en Afrique, comme les pyramides de Méroé en Nubie, au Soudan

- il y a eu des armées d'amazones au Royaume du Dahomey (actuel Bénin)

- la plus riche femme noire au monde est Folorunsho Alakija, femme d'affaires nigériane, dont la fortune est

  estimée à 3,3 milliards de dollars, grâce à sa société pétrolière Famfa oil

- la première déclaration des droits de l'homme a été proclamée en 1 222, par l'empereur du Mali, Soundiata

  Keïta, lors de son intronisation

etc...

 

Safia ENJOYLIFE clôture cette deuxième conférence par le credo suivant :

 

1 - Build our self-esteem                             (construire notre estime de soi)

2 - Get back our pride                                                 (récupérer notre fierté)

3 - Realize our value                           (prendre conscience de notre valeur)

4 - Exploit our skills                                          (exploiter nos compétences)

5 - Make our people great again     (rendre notre peuple à nouveau grand)

 

CAP Citoyens est tout à fait d'accord avec Safia ENJOYLIFE car en effet, l'heure est venue pour nous d'agir en mode "Résistance", seul moyen de nous faire respecter, nous sommes arrivés à un point de non retour où nous ne pouvons plus accepter l'inacceptable.

Nous ne pouvons plus continuer à consommer des produits et services d'autres pays, produits et services qui sont la plupart du temps médiocres, voire dangereux et pas adaptés à nos cultures, spécificités et réalités.

Paradoxalement ces pays qui s'enrichissent grâce à notre communauté, nous méprisent, nous insultent, nous oppressent, nous discriminent ou encore nous violentent.

 

Aussi, nous exhortons les africains et les afro-descendants à désormais :

 

1 - Privilégier les produits et services de notre communauté, sur le plan local, régional, national et

     international

 

2 - Boycotter toute entreprise ou tout pays qui nous manque de respect 

 

3 - Organiser notre propre pouvoir économique grâce à la coopération et la mutualisation

     économiques et financières, nous devons donc travailler en réseau et développer nos propres

     entreprises

 

S'il faut passer par le communautarisme pour nous faire respecter, alors OUI nous le ferons, d'ailleurs d'autres communautés ne se gênent pas pour le faire. Alors pourquoi serions-nous les dindons de la farce ?

 

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags