Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Nouvelle Calédonie : vers la fin d'un long processus de décolonisation ?

20 ans après la signature de l'accord de Nouméa du 5 mai 1998, le rassemblement des indépendantistes et nationalistes (militants du RIN) affirme que l'esprit du texte n'a pas été totalement respecté.

Le bilan est sans appel : un manque de rééquilibrage, trop peu d'émancipation, creusement des inégalités sociales et lutte pour un corps électoral plus juste, à l'aube d'un scrutin majeur et historique pour l'avenir de la Nouvelle Calédonie.

 

En effet, le 4 novembre 2018, la Nouvelle Calédonie doit se prononcer sur son indépendance, lors d'un référendum d'autodétermination qui représente l'aboutissement de l'application de l'accord de Nouméa et l'aboutissement d'un long processus de décolonisation de l'archipel entamé il y a 30 ans avec les accords de Matignon du 20 août 1988 pour lesquels Jean-Marie TJIBAOU (représentant du FLNKS) a payé un lourd tribut puisqu'il a été assassiné le 4 mai 1989.

 

Afin d'apaiser les esprits, le gouvernement français a commencé la rétrocession de foncier au peuple Kanak et dans le même esprit, le 2 novembre 2017, le comité des signataires de l'accord de Nouméa s'est réuni à Matignon pour la composition du corps électoral.

Suite à cette réunion, un accord politique a été trouvé pour que 11 000 personnes supplémentaires (dont

7 000 personnes de droit coutumier) soient inscrites sur la liste électorale spéciale composée de 158 000 électeurs (dont 70 000 personnes de statut civil coutumier), afin de rendre ce scrutin loyal et incontestable dit-on.

 

Le 28 mars 2018 à Matignon, un compromis a également été obtenu sur la question du référendum d'autodétermination, sous l'égide du premier ministre Edouard PHILIPPE.

Les signataires de l'accord de Nouméa (FLNKS et RPCR) arrivent à se mettre d'accord sur la question qui sera posée à la population, lors du scrutin du 4 novembre 2018, à savoir : "Voulez-vous que la Nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? "

 

Quels sont les enjeux de ce scrutin ? Ils sont surtout pour le peuple Kanak qui est à l'origine de ce long processus de décolonisation.

Car, le plus incroyable dans cette affaire, c'est que le peuple Kanak se retrouve en minorité sur ses propres terres à cause de l'arrivée massive et progressive de français de l'Hexagone, orchestrée par la France depuis les années 90.

 

Ce scrutin serait-il donc perdu d'avance pour le peuple Kanak, après tant d'années de lutte et de sacrifices ?

Si c'était le cas, ce serait foncièrement injuste pour ce peuple.

 

Il n'est plus possible de revenir sur le passé, le temps est venu de construire l'avenir avec toutes les forces vives du pays.

L'intérêt de tous est donc de pouvoir réunir toutes les composantes de la population calédonienne autour d'un projet commun, dans le cadre de l'indépendance de leur pays, associé à la France.

 

De même, la population de Bougainville, une région autonome de la Papouasie-Nouvelle-Guinée devra se prononcer sur son indépendance, dans le cadre d'un référendum d'autodétermination, le 15 juin 2019, suite à l'accord de paix de 2001 qui a mis fin au conflit armé sur l'île.

Une ressemblance avec le processus de décolonisation de la Nouvelle Calédonie qui mérite d'être évoquée.

 

 

Téléchargez ici l'accord de Nouméa

 

 

Cliquez ici sur le lien pour accéder à l'article de Franceinfo sur l'accord de Nouméa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags