Please reload

Posts Récents

Le grand débat national : notre contribution

12 Feb 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Expositions coloniales et universelles : ces Zoos humains qui ont contribué à construire les fondements du racisme !

L'exposition temporaire "Zoos humains, l'invention du sauvage", initiée par la fondation "Lilian THURAM, Education contre le racisme" vient d'élire domicile au Mémorial Acte en Guadeloupe pour 6 mois, du 29 juin au 30 décembre 2018.

Lilian THURAM est le commissaire général de cette exposition et Pascal BLANCHARD, historien et co-directeur de recherche d'ACHAC en est le commissaire scientifique.

 

Nous parlons ici de "Zoos humains", ce terme à de quoi interpeller !

En effet de 1810 à 1940, près de 35 000 personnes venues d'Afrique, d'Océanie, d'Amérique et d'Asie ont été exhibées devant près de 5 milliards de visiteurs en Europe, en Amérique, en Afrique au Japon...

Ces personnes ont été exhibées comme des animaux, des sauvages ou des cannibales mangeant notamment de la viande rouge, dans des cirques, des cabarets (Folies bergère, Casino de Paris...), des foires, des Zoos (jardin d'acclimatation de Paris...), des expositions universelles et coloniales ou encore des villages itinérants.

 

Les Outre-Mer n'ont pas été épargnés par ces scandaleuses exhibitions, nous avons pu assister à une sur-folklorisation (doudouisme) des antillais, les "sauvages" étaient le plus souvent représentés par les Africains, les Kali'nas de Guyane ou les Kanaks de Nouvelle Calédonie.

 

Leurs droits étaient la plupart du temps bafoués, en leur imposant des conditions de travail inhumaines et déplorables, à tel point que certains parmi eux sont morts en exhibition.

C'est ainsi que 13 indiens Kali'nas de Guyane sont morts en exhibition au jardin d'acclimatation du bois de Boulogne de Paris en 1892, où 1173 personnes ont été exhibées (dont 18 sont morts en exhibition) devant 34 millions de visiteurs de 1877 à 1937 et à l'endroit même où est construite aujourd'hui la fondation Louis VUITTON.

 

Près d'un millier de personnes sont mortes en exhibition, certaines dépouilles enterrées ou conservées dans des musées commencent à faire l'objet de restitution à leur pays d'origine.

Nous l'avons vu en 2002 avec la Vénus Hottentote qui a été rendue à l"Afrique du sud et qui avait été exhibée comme un animal de foire en Angleterre et en France, au 19 ème siècle, puis dont la dépouille a été conservée au musée de l'homme, en France comme un objet de science, son moulage ayant été exposé jusqu'en 1974.

 

L'exposition coloniale de 1931 organisée par le ministère des colonies au bois de Vincennes fut l'un des derniers vestiges de ces "zoos humains".

L'objectif de cette exposition coloniale inaugurée en grande pompe le 6 mai par le ministre des colonies, Paul REYNAUD et le commissaire général de l'exposition, le maréchal Hubert LYAUTEY était de montrer à l'opinion public une vitrine des richesses de l'empire colonial français et de son bien-fondé.

Le public pouvait contempler des monuments reconstitués, un immense Zoo, et même des tableaux vivants où des figurants « indigènes » mimaient la vie quotidienne des peuples colonisés.

Exhiber en même temps des animaux sauvages et des indigènes n'était pas anodin, car l'objectif était bien de montrer que ces indigènes étaient des "sauvages".

 

En marge de l'exposition coloniale de 1931, une association organise, au bois de Boulogne, un "Zoo humain" avec 111 Kanaks venus de Nouvelle-Calédonie. Des êtres humains exhibés comme des animaux.

 

En 1998, l'année de la première victoire des bleus à la coupe du Monde de football, Christian KAREMBEU, sélectionné dans l'équipe de France apprend que ces arrières grands-parents ont fait partie des personnes qui ont été exhibées dans ce "zoo humain".

En hommage à ces ancêtres, le champion du monde décide de ne pas chanter la marseillaise, et à juste titre !

 

Qui avait intérêt à de telle exposition ? Qui se cachait derrière de telle manifestation ?

 

C'était le "parti colonial" qui n'était pas un parti politique en tant que tel, mais un lobby, un groupe de pression qui défendait les intérêts des familles de colons et d'entreprises qui étaient favorables à la domination de l'empire colonial français sur des territoires étrangers (Afrique occidentale et équatoriale, Maroc, Algérie, Tunisie. Liban, Syrie, Madagascar, Indochine).

 

Sous l'empire colonial français, la colonisation en Outre-Mer s'est effectuée par le biais de l'esclavage qui était régi dès 1685 par le code noir (l'Edit du Roi) et qui fixait la condition des esclaves dans les colonies : leur vie, leur vente, leur affranchissement, leur religion... L'esclave étant considéré comme un bien meuble (article 44).

Alors que sous le second empire colonial français, les colonies et protectorats français étaient régis par le code de l'indigénat qui s'est généralisé en 1881.

Les droits et les devoirs des indigènes n'étaient pas les mêmes que ceux des français, en clair les indigènes étaient considérés comme des français de seconde zone.

 

Cette exposition fut-elle une vitrine ou une grande illusion où se devinaient déjà les fractures à venir ?
En effet, les indigènes des différents protectorats et colonies étaient forts mécontents du sort qui leur était réservé, dans ces expositions coloniales et universelles puisqu'on leur avait menti sur la nature même de leur intervention.

Ces expositions ont été l'un des éléments déclencheurs des guerres d'indépendance qui s'en suivirent et qui marqua la fin de l'empire colonial français.

 

C'est ainsi que les "Zoos humains" de même que l'esclavage ont contribué à populariser le racisme et l'invention du "sauvage", en occident.

 

En 1885, Jules FERRY déclare à l'assemblée nationale "les races supérieures ont un droit sur les races inférieures", certains députés se sont offusqués devant de tels propos, alors que la France est censée être le pays des droits de l'homme.

Anténor FIRMIN, avocat, égyptologue et politique haïtien déclare lui dans son ouvrage "De l'égalité des races humaines - Anthropologie positive" que : "la doctrine anti-philosophique et pseudo-scientifique de l'inégalité des races ne repose que sur l'idée de l'exploitation de l'homme par l'homme."

 

Nous rappelons aux personnes qui ne le savent pas encore, qu'il n'existe qu'une seule et unique race, qui est la race humaine et que le berceau de l'humanité se trouve en Afrique.

Autrement dit tous les humains sur cette planète ont un seul et unique ancêtre qui est l'ancêtre Africain, par conséquent, les humains sont tous frères et soeurs.

 

Bien que le mot "race" vient d'être retiré de la Constitution française (résultat définitif d'un long combat mené par des parlementaires ultramarins), nous sommes malheureusement obligés de constater que ce n'est là qu'une première prise de conscience et que le combat est loin d'être gagné.

En effet, pour éradiquer le racisme, les stéréotypes, les préjugés et toutes les images négatives et péjoratives données aux noirs (ou non blancs), il faudra déconstruire les imaginaires et croyances qui se sont lentement forgés dans les mentalités en se perpétuant de génération en génération, grâce à tout un système raciste, inégalitaire et sans fondement qui a été créé de toute pièce, dans le cadre de la colonisation et ceci pendant des siècles.

 

Ce travail sera long et fastidieux, mais il est nécessaire de le faire sur le plan éducatif et culturel (comme le remarquable travail effectué par Lilian THURAM et Pascal BLANCHARD à l'aide de cette exposition itinérante), mais également sur le plan politique.

Car le racisme, les discriminations, les préjugés et les inégalités perdurent encore et plus que jamais (notamment avec la montée des extrêmes en Europe).

Sinon, les français issus des Outre-Mer et de l'immigration seraient considérés comme des citoyens français à part entière et seraient respectés !

 

Prenons l'exemple du football qui est un sport national qui rassemble tous les français, après la première victoire de la France à la coupe du Monde en 1998, la situation des français issus des Outre-Mer et de l'immigration a t-elle réellement changé ?

Non pas vraiment, ils subissent le racisme, les discriminations, les violences raciales et sont ghettoïsés dans des quartiers de banlieue.

20 ans plus tard, en 2018, la France est redevenue championne du Monde de football, grâce une fois encore à une équipe multiculturelle. 

Qu'en est-il de leur reconnaissance ? Quasiment nulle, au vue des nombreuses critiques racistes ou remarques désobligeantes prononcées sur cette équipe multiculturelle.

 

De plus, lorsque ces mêmes français arrivent avec beaucoup de difficulté à des postes importants sur le plan social, très vite ils sont jalousés, méprisés et tout est fait pour les destituer ou les ramener à leur condition de citoyen français de seconde zone, bien qu'ils aient les diplômes et compétences pour occuper le poste en question.

 

Quand la France va t-elle enfin comprendre qu'elle est un pays multiculturel ?

Or elle refuse de le reconnaître et de l'admettre car elle n'arrive pas ou plutôt elle ne veut pas assumer ce passé colonial.

N'en déplaise à certains, tous les français ne sont pas blancs, il existe des français non blancs (notamment les originaires des Outre-Mer) qui sont français depuis plus longtemps que certains français (notamment ceux originaires de l'Alsace et de la Lorraine). Il existe également des français non blancs issus de l'immigration (africains, arabes et asiatiques).

 

La France va t-elle enfin comprendre que c'est cette multiculturalité qui fait sa richesse et sa réussite et que les valeurs "Liberté, Egalité, Fraternité" ne s'appréhendent pas en terme de race ou de couleurs, mais n'auront de sens que si elles sont réellement appliquées pour tous les français ?

 

REFERENCES :

 

- Anténor FIRMIN, de l'égalité des races humaines - Anthropologie positive, librairie Cotillon, Paris, 

  1885; nouvelle édition présentée par Ghislaine GELOIN, éditions l'Harmattan, 2003.

 

- Antoinette LAPTES, Maud ALET, Patricia POMPILIUS - CASAD, Contribution au projet guadeloupéen

  de société, éditions Jasor, 2013.

 

- Catherine HODEIR et Michel PIERRE, l'exposition coloniale de 1931, éditions Complexe, 1991 -

  réédité en 2011 aux éditions André Versaille.

 

- Yves COPPENS, Histoire de l'homme et changements climatiques, éditions Fayard - Collège de

   France, 2006

 

Photos, affiches et extraits de vidéos Youtube sur le sujet :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager on Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags